Lettre d'actualité spéciale conflit social

Lettre d'actualité spéciale conflit social

Lettre d'actualité spéciale conflit social

Date :

Vous êtes client(e) de nos magasins Biocoop le Retour à la Terre et nous vous en remercions. Nous sommes sensibles à l'intérêt que vous portez à notre activité et aux conditions de travail de nos collaborateurs.

Le magasin le Retour à la Terre Rive Droite a été créé en 2008 dans le but d'apporter notre contribution à un monde durable et solidaire tant au point de vue social qu'environnemental. C'est dans le même esprit qu'un second magasin s'est ouvert en 2011 dans le 5eme arrondissement : le Retour à la Terre Rive Gauche, puis un troisième en 2016 le Retour à la Terre Les Champs, offrant de nombreuses possibilités d'évolution de carrière pour les collaborateurs.

Nous avons dû faire face à des difficultés sans précédents qui ont eu raison du Retour à la Terre Les Champs. Suite à la faillite de ce dernier magasin, nous avons organisé le reclassement de chacun des salariés dans les deux autres magasins Rive Droite et Rive Gauche. Hors de question pour nous de laisser même un seul collaborateur « sur le carreau » !

Les directions des magasins ont toujours été à l'écoute des salariés adaptant, leurs plannings en fonction des situations familiales, ou tout simplement pour leur permettre de s'adonner à leurs passions (sport, musique,...) ou lors de difficultés particulières.

  • Les magasins le Retour à la Terre sont à 100% de CDI[1], quand Biocoop ne préconise qu'un minima de 75 % des contrats en CDI au sein du réseau.
  • Les magasins le Retour à la Terre proposent systématiquement, dès l'embauche et ce depuis 2008, un salaire minimum au SMIC +10% alors que Biocoop n'impose rien à ce sujet.
  • Nous accordons 30% de remise aux salariés sur tous les produits des magasins quand Biocoop préconise au moins 15%[2]. Il s'agit d'un pourcentage bien supérieur à celui généralement pratiqué dans la distribution, même en bio.
  • Enfin, les salariés bénéficient de bons cadeaux de fin d'année chez Altermundi (enseigne de l'économie sociale et solidaire) et 2 fois par an de chèques vacances.
  • Les heures après la fermeture sont bien évidemment rémunérées, il en est de même pour les heures supplémentaires.


Le mouvement de grève porté par les collaborateurs et soutenu par le syndicat Sud, a pour objet les revendications suivantes :

  • Pas d'ouverture le dimanche.
  • Augmentation de salaires pour toute personne ayant la capacité de former des personnes ou de gérer un rayon. 
  • Toutes les demandes de rupture conventionnelle doivent être acceptées sans condition assorties d'une indemnité de licenciement de 2 mois de salaires[3] indépendamment de l'ancienneté à raison de 3 ruptures par magasin et par mois.
  • Deux jours consécutifs de repos (samedi-dimanche ou dimanche-lundi).


Toujours à l'écoute des salariés, des réunions avec l'ensemble du personnel ont eu lieu,  les directions des deux magasins ont lancé une étude de faisabilité pour répondre à chacun de ces points, et toutes les semaines les salariés sont informés de l'activité de leur magasin (chiffre d'affaires, nombre de clients, marge) et de leurs difficultés liées à la crise actuelle.

Lors des grèves des samedis 12 et 19 septembre, les grévistes se sont adressés à certains d'entre vous. Ils ont omis de dire que :

  • Dès le 11 septembre, il a été décidé de suspendre l'ouverture le dimanche du magasin le Retour à la Terre Rive Droite, ouverture qui n'a jamais été évoquée pour Rive Gauche. Cela répondait pourtant à un besoin de la clientèle et aurait permis d'améliorer la situation financière du magasin et de créer des emplois. À noter que tous les salariés ont donné leur accord a priori au travail du dimanche puisque cela fait partie de leur contrat et que la direction avait proposé de travailler le dimanche uniquement sur le principe du volontariat.
  • Les directions des deux magasins ont déjà répondu positivement à la demande de rupture conventionnelle dès le 3 août en précisant que ces demandes devraient être présentées avant la fin du mois de septembre 2020. Elles seraient accordées sous la seule réserve qu'elles soient motivées[4], qu'elles ne désorganisent pas l'entreprise et qu'elles puissent être financées.
  • Concernant les augmentations de salaires et la revalorisation des missions, les directions des deux magasins ont rappelé à plusieurs reprises que cette demande était difficile à satisfaire à court terme en raison de la situation des magasins le Retour à la Terre, sérieusement mise à mal par la crise sanitaire, économique et sociale que nous traversons actuellement, crise qui a déjà eu raison du Retour à la Terre Les Champs, récemment mis en faillite. Pourtant, les directions des deux magasins vont quand même y réfléchir.
  • Concernant les deux jours de repos consécutifs, les directions des deux magasins ont lancé une étude de faisabilité afin de voir si c'était possible d'aménager les plannings dans ce sens. Sur Rive Gauche, elle a abouti à des conclusions qui ont été communiquées par la directrice dès le 17 septembre, spécifiant les conditions de mise en place. Un vote auprès des salariés concernés de Rive Gauche est en cours pour acter ou non la mise en place de cette nouvelle organisation qui ne semble pas être soutenue par la majorité des salariés concernés. Sur le magasin Rive Droite la démarche est en cours.


Dans un souci d'apaisement, des négociations ont eu lieu le 18 septembre en présence du responsable de Sud Commerces à la demande des représentants des grévistes. L'objectif est de maintenir l'activité et l'emploi avant tout.

Il vous a été également rapporté que la gérante avait l'intention de mettre en vente les magasins. C'est en effet le cas pour des raisons de santé et de départ à la retraite, alors qu'elle a déjà 60 ans.


Attachée aux magasins le Retour à la Terre qu'elle a successivement fondés, à leurs équipes et aux petits fournisseurs partenaires, la gérante fera le nécessaire pour que tout se passe au mieux dans le respect des valeurs sociales et environnementales que les magasins ont toujours portées. En effet, il est absolument vital pour leur pérennité qu'ils soient repris par des personnes ayant les mêmes valeurs sociétales et environnementales, valeurs auxquelles vous êtes attaché ainsi que tous les clients des Retour à la Terre Rive Droite et Rive Gauche.

Il n'est ni question de fermer les magasins ni de les vendre à des enseignes ne respectant pas nos valeurs. Les salariés sont protégés puisqu'ils ont la garantie de bénéficier de conditions inchangées (salaires et avantages annexes) a minima un an après la vente. La gérante se réserve le droit de vendre ses magasins au sein du réseau Biocoop ou non, ce sera en fonction du projet des candidats au rachat, quant à la préservation de l'identité et des valeurs du Retour à la Terre que vous appréciez tous.

L'avenir est incertain et stressant pour nos équipes comme pour les directions, la faillite du 3e magasin – qui n'est pas la seule de notre secteur - a montré à quel point les entreprises même en bio étaient fragiles. Les tensions internes dont vous avez été témoin montrent combien l'écoute et le lien sont fondamentaux, et c'est à cela que toutes les équipes dirigeantes s'emploient activement.

Vues toutes les démarches lancées auprès des grévistes et notre volonté de répondre au mieux aux attentes des collaborateurs des magasins Rive Droite et Rive Gauche en dépit du contexte de crise économique, vous comprendrez à quel point ces grèves à répétition - allant parfois jusqu'à bloquer votre accès à votre magasin et entrainant une baisse considérable du chiffre d'affaires - nous ont paru disproportionnées et les discours qui vous ont été tenus, décalés voire mensongers.

Le droit de grève et la liberté d'expression auxquels les magasins le Retour à la Terre sont attachés, ne dispensent pas les salariés de l'obligation de respecter les clauses de leur contrat et le code du travail. Cela ne les autorise pas non plus à accuser leur employeur, sans preuve, de fautes pénales et à véhiculer des informations erronées visant à lui nuire.

Cette situation vous porte préjudice au même titre qu'aux collaborateurs, grévistes et non-grévistes, aux magasins et aux fournisseurs partenaires.

Souhaitant par la présente avoir répondu à vos questions et restant à votre disposition, nous vous remercions de l'intérêt et de l'attention que vous portez aux magasins le Retour à la Terre Rive Droite et Rive Gauche ainsi qu'à leurs équipes. Nous espérons que vous continuerez à soutenir l'engagement du Retour à la Terre par votre présence et votre fidélité à nos magasins.

Bien à vous, 

 

Les directions des magasins Biocoop - Le Retour à la Terre


[1] Hors contrat d'apprentissage ou de professionnalisation
[2] Hors promotions – à concurrence du prix d'achat

[3] ce qui correspond à une ancienneté de 8 ans
[4] afin de produire une justification en cas de contrôle de l'inspection du travail