Un Jurassic Park pour le dragon de Komodo ? Non !

Un Jurassic Park pour le dragon de Komodo ? Non !

Date :

Les dragons de Komodo pourraient être sortis du célèbre film "Jurassic Park". Une aubaine dont le gouvernement indonésien veut tirer profit en attirant de riches touristes. Son projet menace l’habitat des lézards géants, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, le merveilleux monde sous-marin de l’archipel et la population.

« Les gens d’ici vivent avec le dragon de Komodo, qu’ils appellent "ora" ou respectueusement "sebae" qui signifie le jumeau du peuple de Komodo. Désormais, le Parc national de Komodo et ses habitants sont en grand danger », prévient Umbu Wulang, directeur de l’organisation environnementale WALHI NTT.

Le parc national de Komodo est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1991. Il abrite une grande partie des 3000 derniers varans de Komodo (Varanus komodoensis), le plus grand lézard du monde, dont l’espèce est menacée d’extinction. La biodiversité marine est très riche avec ses coraux, tortues de mer, raies manta, baleines et autres dauphins.

Le Parc national de Komodo aurait du être fermé pour se remettre du tourisme et de la contrebande d’animaux. Mais c’est l’inverse qui arrive aujourd’hui, avec des projets de construction qui menacent la nature et les habitants. Au lieu de protéger les varans, le président Joko Widodo veut stimuler le tourisme de luxe.

"Jurassic Park" est ainsi nommé le projet de géoparc sur l’île de Rinca par ses architectes. Un site dédié au tourisme exclusif, c’est-à-dire réservé aux personnes les plus riches, à 1000 dollars l’entrée. Les licences sont octroyées à de grandes entreprises, sans études d’impact environnemental, sans accent sur la science et sans considération des concepts locaux pour un tourisme limité.

Dans les faits, un parc jurassique signifierait : pour les habitants, relogement et perte des emplois de gardes forestiers, de vendeurs de souvenir et de pêcheurs ; pour la nature, destruction de l’écosystème, menace pour les varans et dégradation des milieux aquatiques par l’apport d’eaux usées et de sable.

Les protestations en Indonésie n’ont pas abouti. « Ce Jurassic Park détruit la nature et les moyens de subsistance des personnes qui vivent avec les varans de Komodo depuis des temps immémoriaux », s’insurge Umbu Wulang, qui espère une mobilisation de la communauté internationales pour sauver les derniers dragons.

 

Signez la pétition juste ici : https://www.sauvonslaforet.org/petitions/1232/un-jurassic-park-pour-le-dragon-de-komodo-non?mtu=528338542